Prix du Jury pour le film « L’enfer des Anges » au Festival de Cannes 1939

Prix du Jury pour le film « L’enfer des Anges » au Festival de Cannes 1939

C’est avec une certaine fierté que nous vous annonçons que le film « L’Enfer des Anges », de Christian-Jaque, projeté lors du Festival de Cannes 1939 à Orléans a reçu le Prix du Jury !

Distribution :

C’est le fils de l’auteur, Noël Véry, qui s’est vu remettre le prix lors de la cérémonie de clôture

Le film a également reçu le Prix « Œuvre dans son temps » du Jury des Lycéens

© Nathanaël Lemaire France Television

Il a été présenté par Carole Aurouet, que nous remercions, devant une salle comble.

France 3 a rédigé un excellent article sur l’événement

Synopsis du film :

À la fin des années 1930, un drame de la misère se déroule dans un taudis. Battu régulièrement, un jeune garçon est finalement laissé pour mort par son père qui lui a donné un coup de fer à repasser. L’homme emporte le corps qu’il abandonne dans un terrain vague, mais quelque temps après, le garçon se réveille. Il erre dans la banlieue parisienne, il a perdu la mémoire et ne se souvient même plus de son prénom.

Une jeune fille, Lucette, évadée d’une maison de redressement est elle aussi perdue et se cache de la police. Elle fait la rencontre du garçon, le prénomme Lucien et s’attache à lui. Ils finissent par s’intégrer tant bien que mal à la population misérable de la cité Henri IV, un bidonville de l’est parisien. Une bande d’enfants de la cité, livrés à eux-mêmes, occupent la rue et sont exploités par Monsieur Max, un marlou veule et manipulateur, qui les emploie pour vendre de la drogue. 

Lucien, qui recherche toujours sa famille hypothétique, s’est présenté dans une propriété de Neuilly où une riche famille avait passé une annonce dans un journal pour retrouver leur fils fugueur. Ce ne sont évidemment pas ses parents, mais le récit ébloui qu’il fait de cette visite à la bande des enfants de la rue constitue des renseignements qui sont entendus par Max qui va cambrioler la propriété de Neuilly. Lucien est accusé à tort par la police et son véritable père retrouve sa trace. Lucette désespérée de la disparition de Lucien se jette alors dans le canal. Il existe deux versions pour la fin: Lucette meurt (version tragique perdue) ou Lucette est sauvée de la noyade, version qui sera diffusée en 1941.

Distribution :
Lucette : Louise Carletti
Lucien : Jean Claudio
Jean Ballard : Lucien Gallas
Max : Jean Tissier
Le père La Loupe : Dorville
Léon : Marcel Mouloudji
Paul Minain : Serge Grave
Simone : Sylvia Bataille
Sulpice, le père de Lucien : René Bergeron
La femme de Sulpice : Fréhel
Freddy, le patron du bistrot : Bernard Blier

Durée : 95 minutes
Sortie en France : 13 février 1941